L'égalité et les droits de l'homme

Dernière mise à jour : le 14-9-2018

Ce matériel est extrait du livre Sur la Suède.

L'égalité signifie que tous les êtres humains ont la même valeur et doivent être traités de la même façon, quelle que soit par exemple leur origine ethnique, leur orientation sexuelle ou leur handicap.

Ce concept a pour origine la Déclaration universelle des droits de l'homme des Nations unies de 1948. Elle affirme que tout le monde a la même valeur et les mêmes droits. Chacun a le droit de dire ce qu'il pense, de croire au dieu de son choix et de choisir le partenaire avec lequel il souhaite partager sa vie.

La Déclaration universelle des droits de l'homme doit s'appliquer à chaque personne dans le monde. Une démocratie moderne ne fonctionne pas bien si les droits de l'homme ne sont pas respectés. L'état doit pouvoir protéger ses citoyens de la discrimination et la répression. En Suède, les droits de l'homme sont protégés par trois lois constitutionnelles : la forme de gouvernement, la loi sur la liberté de la presse et la loi fondamentale sur la liberté d'expression. Les lois stipulent que l'état et les communes doivent agir pour le droit au travail, au logement et à l'éducation pour tous les habitants.

La convention européenne

Depuis 1950, une convention européenne protège les droits de l'homme. Cela s'appelle la convention européenne. Une convention est quand plusieurs pays s'entendent sur quelque chose. Quelques exemples de conventions sont:

  • le droit à la liberté et à la sécurité personnelle
  • le droit à un procès équitable
  • le droit au respect de la vie privée et familiale

En 1995 ceci devint un loi suédoise. L'état, le gouvernement et les communes doivent faire en sorte que la convention européenne soit respectée.

Égalité des sexes et féminisme

L'égalité entre les sexes, c'est l'égalité entre hommes et femmes. Hommes et femmes doivent avoir les mêmes possibilités d'exercer une influence sur la société comme sur leurs vies propres. L'égalité entre les sexes signifie aussi qu'hommes et femmes ont les mêmes droits et les mêmes devoirs. Les capacités des uns et des autres dépendent de davantage de facteurs que le sexe, ce qui implique que toutes les femmes et tous les hommes n'ont ni le même vécu, ni les mêmes conditions de vie.

Le sexe n'est pas une catégorie simple. Il y a des gens qui ne s'identifient pas comme femme ou homme, ou qui sont d'un autre sexe que celui qui leur a été attribué à la naissance. Tout le monde, quel que soit son sexe, subit l'influence des normes que la société a édictées quant au sexe de chacun et à la valeur qu'elle associe aux femmes et aux hommes en tant que groupes.

Le féminisme est à la fois un concept utilisé pour l'analyse sociale et un mouvement qui estime que les femmes sont en général subordonnées aux hommes dans la société et veut y remédier. Le mouvement politique féministe travaille également sur les moyens de faire en sorte que les femmes et les hommes aient les mêmes chances, les mêmes droits et les mêmes responsabilités dans la société. En pratique, l'égalité des sexes peut signifier changer les règles discriminatoires, lutter contre la violence sexuelle, augmenter la représentation des femmes aux postes de décision et étudier la façon dont d'autres formes d'oppression peuvent être liées au sexe de l'un ou de l'autre.

L'égalité entre les hommes et les femmes en politique et à la maison

Au début du XXème siècle, les différences étaient grandes entre les droits des hommes et ceux des femmes en Suède. Les femmes n'ont pas eu le droit de vote avant 1921. C'est aussi à ce moment que les femmes sont devenues majeures, c'est-à-dure qu'elles ont, par exemple, pu décider elles-mêmes de l'utilisation de leurs revenus. Aujourd'hui il y a à peu près autant de femmes que d'hommes dans le parlement suédois. Il y a dans le gouvernement autant de femmes que d'hommes qui sont ministres. Dans les communes de Suède, environ 43% des élus sont des femmes.

Autrefois, la plupart des femmes mariées s'occupaient de la maison et des enfants mais, dans les années 70, on a construit davantage d'écoles maternelles, de crèches et de centres de loisirs pour accueillir les enfants. C'est aussi à cette époque-là qu'a été créé le congé parental qui a donné aux parents le possibilité de partager le droit de rester à la maison à la naissance d'un enfant. Ces changements ont permis aux femmes de travailler et de gagner leur propre argent. C'est aussi dans les années 70 qu'a été adoptée la loi sur l'avortement gratuit qui donne à une femme enceinte le droit de décider elle-même si elle veut ou non mener la grossesse à son terme.

Auparavant une grande partie des tâches ménagères était faite par les femmes. Les tâches ménagères, c'est par exemple s'occuper des enfants, faire la lessive, le ménage et la vaisselle. Aujourd'hui le travail au foyer est réparti de façon plus égalitaire mais, à la maison, les femmes travaillent toujours plus que les hommes.

Égalité des sexes au travail et à l'école

C'est en 1927 que les filles ont obtenu les mêmes possibilités que les garçons de suivre les cours de l'éducation nationale. Dans le cadre de l'école obligatoire (de 7 à 16 ans) et du lycée (de 17 à 19 ans), il existe aujourd'hui des plans d'études qui définissent le contenu de l'enseignement pour chaque année d'étude. Ces plans précisent que les enseignants doivent promouvoir l'égalité entre les sexes, ce qui signifie notamment que les enseignants doivent traiter filles et garçons de la même façon. Les choix que les jeunes d'aujourd'hui font en matière d'études et d'orientation professionnelle montrent cependant qu'ils sont toujours influencés par ce qui est considéré comme approprié pour leur sexe.

En 1980 a été adoptée une loi sur l'égalité entre les hommes et les femmes qui se concentrait principalement sur l'égalité au travail et l'égalité des salaires. Aujourd'hui, environ 80% des femmes de 20 à 64 ans travaillent. Le monde du travail n'est cependant pas encore un modèle d'égalité entre les sexes. Il y a toujours de grandes différences de salaire entre les femmes et les hommes. Les femmes gagnent en moyenne 87% du salaire d'un homme. Cela est notamment dû au fait que les salaires sont plus élevés dans les professions où les hommes sont majoritaires par rapport à celles où ce sont les femmes qui sont les plus nombreuses. Il y a également plus de femmes que d'hommes qui travaillent à temps partiel, qui prennent un congé parental de longue durée et qui restent à la maison lorsqu'un enfant est malade. La différence entre hommes et femmes en termes de revenus annuels est donc encore plus grande. Il y a encore aujourd'hui davantage d'hommes que de femmes qui occupent des postes d'encadrement ou qui créent leur entreprise.

La politique d'égalité entre les sexes en Suède

Le parlement suédois a décidé en 2006 de fixer comme objectif à la politique de l'égalité des sexes de la Suède de faire en sorte que les hommes et les femmes aient le même pouvoir et la même possibilité d'influencer la société en général et leurs vies propres. Cet objectif général comporte six sous-objectifs:

  1. La répartition égalitaire du pouvoir et de l'influence. Femmes et hommes doivent bénéficier du même droit et de la même possibilité d'être des citoyens actifs et de former les conditions de la prise de décision.
  2. L'égalité économique. Femmes et hommes doivent bénéficier des mêmes possibilités et des mêmes conditions en ce qui concerne l'exercice d'un travail rémunéré qui permette d'accéder à l'indépendance économique la vie entière.
  3. L'égalité en matière d'éducation et de formation. Femmes et hommes, filles et garçons doivent bénéficier des possibilités et des mêmes conditions en ce qui concerne l'éducation, la formation, le choix des études et le développement personnel.
  4. La répartition égalitaire du travail non rémunéré relatif au travail ménager et aux soins des proches. Femmes et hommes doivent prendre les mêmes responsabilités en matière de travail ménager et avoir les mêmes possibilités de prodiguer ou de recevoir des soins aux mêmes conditions.
  5. L'égalité en matière de santé. Femmes et hommes, filles et garçons doivent bénéficier des mêmes conditions de bonne santé et avoir accès aux soins dans les mêmes conditions.
  6. Les violences masculines envers les femmes doivent cesser. Femmes et hommes, filles et garçons doivent avoir droit au même respect de leur intégrité physique.